Des centaines de comptes de médias alternatifs purgés des 'réseaux sociaux'

 Ce 11 octobre, Facebook a supprimé sans préavis 559 pages et 251 comptes pour "comportement inauthentique". Parmi ces pages, des groupes critiques des médias (The Free Thought Project, Press for Truth, The Anti-Media), des groupes de suveillance de la police (Filming Cops, Police the Police) et... la page de la correspondante de RT aux États-Unis.
En mai dernier, sous pretexte de lutte contre les Fake-news, Facebook annonçait un partenariat avec the Atlantic Council, un think tank étroitement lié à l'Otan - choix judicieux quand on connait l'attachement des militaires pour la Vérité. Coopération manifestement efficace, puisque en août une première vague de 652 pages et comptes "liés à la Russie et à l'Iran" étaient supprimés.
Parallèlement, à peu près tous ces mêmes comptes ont été supprimés sur Twitter ; en septembre YouTube fermait toutes les chaînes du gouvernement syrien, dont celle de l’agence de presse Sana. Quand des sociétés privées indépendantes, comme les grands esprits, se rencontrent...
Au cours de la décénie précédentes, l'Internet avait été vu comme un formidable outil de libération et de contourneent de la propagande médiatique. La place de plus en plus monopolistique occupée sur Internet par les dits réseaux sociaux risque fort de compromettre cet espoir.

Imprimer E-mail