Le Kosovo proclame 2019 Année de l’Otan

Pour célébrer les 20 ans de l'agression humanitaire contre la Yougoslavie, Hashim Taci, le "président" de cette province serbe dont l'Otan a assuré la sécession, a tenu a exprimer toute sa gratitude. «Année de l'Otan au Kosovo», et venant d'un Hashim Taci, quel honneur pour l'Alliance !

Hashim Taci est un chef maffieux et criminel de guerre, convaincu par un rapport documenté du Conseil de l’Europe de 2010, d'avoir été dans les années 1990 'spécialisé' dans la contrebande d’armes, d'héroïne, de personnes et d’organes humains à travers l’Europe. "...les captifs [des Serbes kidnappés] étaient tués d’une balle dans la tête. On leur prélevait les reins et d’autres organes.", selon des exécutants repentis. (cf. par ex. le dossier sur le site les-crises)

La "guerre humanitaire" de 1999 a ouvert la voie aux agressions qui allaient venir par la suite. Cela a été en particulier une expérimentation de la rhétorique humanitaire et de la puissance de la désinformation à grande échelle. Les fake-news (comme on dirait aujourd'hui) se multipliaient, du prétendu plan d'épuration ethnique 'fer à cheval', aux 'plus d 100.000 morts kosovars', info reprise servilement par les vrais médias "seuls garants d'une information authentique" selon leur propre pub1. En passant par des récits invérifiables d'atrocités... qui se sont être révélés plutôt le fait des 'bons' terroristes de l'UCK que l'Otan soutenait.

Cela a été aussi la première grande occasion de bafouer le droit international en passant outre le Conseil de Sécurité de l'ONU, et de ressortir le concept de 'Responsabilité de protéger' qui n'avait plus servi depuis ... 1939 et une certaine défense des minorités allemandes martyrisées par les Polonais.

Sous prétexte de lutter contre un fantasme de plan d'épuration ethnique, l'Otan a directement couvert et supervisé une épuration ethnique bien réelle elle : les Serbes, les Roms et les autres minorités ont subi après la guerre (et sous occupation de la KFOR....) un sanglant nettoyage ethnique dont on n'a pas trop parlé, quand on ne tentait pas de la justifier comme justes représailles. Les lieux de cultes et les monastères ont étés détruits ou vandalisés, dans le but d'effacer toute trace de la présence serbe, millénaire, au Kosovo.

"Lorsque le quartier serbe de la bourgade d'Obilic a été entièrement incendié, jeudi, le village serbe de Plemetina s'est retrouvé en première ligne. L'antenne locale de la Croix-Rouge serbe a enregistré 75 familles fuyant Obilic. Plusieurs réfugiés campent dans la maison de Mirce Jakovljevic, le responsable local du comité de crise. «Les Serbes d'Obilic n'ont pas été évacués par la KFOR, ils ont été expulsés, s'indigne ce dernier. Au prétexte de ne pas pouvoir assurer la sécurité des habitants, les soldats de la KFOR ont précipité le nettoyage ethnique.»"

La proclamation unilatérale de l'indépendance du Kosovo en 2008 bafouait la résolution 1244 du Conseil de l'ONU 'garantissant' l'intégrité territoriale de la Serbie ; l'indépendance de la province a été reconnue avec enthousiasme par les USA, et une série de clients usuels, - dont la Belgique.

Les mêmes qui en 2014 se sont étranglés d'indignation devant la sécession de la Crimée.

 

1. cf (entre autres!) Robert Fisk , https://www.monde-diplomatique.fr/1999/08/FISK/3228 Mensonges de guerre au Kosovo

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir