Venezuela: l'Union Européenne reconnaît le président autoproclamé

La semaine passée, Macron, Sanchez et Merkel avaient lancé un ultimatum à Nicolas Maduro pour convoquer dans les 8 jours, de nouvelles élections présidentielles.

Ce 31 janvier, face au refus public de Maduro de se plier à ce chantage, c'est fait, le Parlement européen a reconnu l'opposant vénézuélien Juan Guaidó comme «président par intérim légitime» de son pays. La résolution a été votée à Bruxelles par 439 voix pour, 104 contre (des députés du groupe de l’Izquierda Unitaria, ainsi que d'autres regroupés dans le groupe des Verts) et 88 abstentions (dont les socialistes français).

Les eurodéputés ont apporté leur soutien entier à l'égard du programme de Juan Guaidó et ont appelé tous les pays de l'Union européenne à faire de même en adoptant une «position ferme et unifiée». Le parlement propose même de créer un "groupe de contact" international qui pousse à la convocation de nouvelles élections présidentielles...libres...transparentes et ...crédibles. Une technique que nous commençons à connaître, quand le résultat d'un vote ne satisfait pas "le marché" et bien on recommence.

Le Président du parlement européen, Antonio Tajani a déclaré: "J’ai parlé au téléphone avec le Président Guaidó, notre seul interlocuteur, pour l’assurer du soutien du Parlement européen".

Les oubliés de ce vote, le peuple du Venezuela, ceux qui luttent depuis des années pour construire un pays libre de l'emprise de l'impérialisme, ceux qui construisent à la base les comités dans les quartiers, là où l'on organise la distribution des biens nécessaires, les soins de santé, l'accès à l'école; ceux qui construisent les communes rurales pour venir à bout des propriétaires fonciers et là ausi distribuer, soigner, éduquer. Ces gens sont la force du Venezuela et en même temps ceux qui risquent le plus car ils sont la base du processus de construction du socialisme. Un exemple nuisible et à éradiquer pour les Etats-unis et la si fameuse Communauté Internationale auto-proclamée, elle aussi.

C'est bien pour cela que le programme la marionnette autoproclamée n'est pas un programme pour le pays mais un programme concocté par la Maison Blanche dans son désir de construire un contrôle de plus en plus strict de l’Amérique Latine, un contrôle sans failles avec des gouvernements comme celui de Mauricio Macri en Argentine ou d’Iván Duque en Colombie. Un programme totalement néolibéral de retour dans les bras de l'impérialisme américain.

Des reportages sur place1 nous indiquent que la marionette Guaidó se meut dans une mise en scène orchestrée pour les médias. Il n'a pas du tout le soutien auquel il voudrait prétendre. Une expression vénézuélienne parle dans ces circonstances de “pote de humo”, “boîte à fumée”. Ne nous laissons pas enfumer!

(1) Le président 2.0 par Marco Teruggi. https://venezuelainfos.wordpress.com/

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir