La justice de classe a parlé

Ce 26 juin a eu lieu à Anvers le jugement en appel concernant la condamnation, il y a un an, de Bruno Verlaeckt, président de la FGTB Anvers et de la région Anvers-Waasland, pour entrave méchante à la circulation.

En réalité, cette "entrave méchante" consistait en une action de piquet de grève dans le port d'Anvers, action menée lors de la journée de lutte du 24 juin 2016 contre les mesures du gouvernement Michel.

Face à ce jugement: la condamnation de camarades qui exerçaient leur droit de grève, la FGTB avait décidé de faire appel.

Mais aujourd'hui, la justice de classe a parlé et la condamnation de Bruno Verlaeckt a été confirmée en appel. En dehors du fait que cela pourra faire jurisprudence, cette condamnation marque la décision ouverte de criminaliser les mouvements sociaux et le refus de reconnaître des droits de base comme celui de grève.

Ces droits ont été acquis de haute lutte par les travailleurs et nous nous devons de les préserver. Pour cela des travailleurs continuent la lutte chaque jour. Nous ne nous laisserons pas impressionner par ceux dont l'intérêt est de bloquer nos actions, de les faire interdire, de les faire condamner. A Liège aussi des camarades sont poursuivis par la justice alors que leurs actions relèvent du droit de grève. Leur procès est toujours en cours.

Ce n'est que si nous réagissons qu'ils n'arriveront pas à leur fins. Ils ont les médias pour relayer leurs décisions, il est temps que nous renouions avec la solidarité de classe.

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir