«Ce ne sont pas de simples feux, c’est l’œuvre du capitalisme» dénoncent les Amérindiens de Guyane "Française"

Le Grand Conseil coutumier des peuples amérindien et bushinengé1 souligne dans une remarquable tribune que le fond du problème de la destruction de l'Amazonie, n'est pas Bolsonaro, mais le système "politique et économique [...] soutenu par la majorité des dirigeants au niveau mondial. Ce ne sont pas de simples feux, c’est l’œuvre du capitalisme."

Les représentants des peuples autochtones fustigent en particulier l'hypocrisie de Macron, qui tout en feignant de s'apitoyer sur les feux en Amazonie brésilienne, attribue 360 000 hectares de forêt aux multinationales minières en Amazonie française.

Aux dirigeants européens qui, drapés dans une verte et vertueuse indignation, louchent vers les richesses minérales de l'Amazonie, ils soulignent que l'"extractivisme" est tout aussi destructeur que les incendies.

source

1. Les Bushinenges sont les descendants des noirs qui avaient trouvé refuge en Amazonie lors des rébellions contre le système esclavagiste.

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir