Le combat humanitaire conjoint de la Belgique et du Koweït aux Nations Unies

La Belgique s'est à nouveau associée au Koweït et à l'Allemagne pour présenter au Conseil de sécurité un projet de résolution sur l’acheminement des aides humanitaires en Syrie via les pays frontaliers et sans l’accord du gouvernement syrien. Cette affranchissement de la souveraineté syrienne est en place depuis 2014, et la proposition prévoyait d'ajouter aux 4 points de passage existants, un 5e à Tall Abyad, - soit le point d'entrée des forces turques et de leur proxies djihadistes lors de la dernière agression turque "Source de Paix" d'octobre.

La Russie et la Chine ont bloqué le projet de résolution, en soutenant que la situation avait changé sur le terrain, et que le moyen le plus simple et le plus sûr pour acheminer "l'aide humanitaire", était plutôt de passer par le gouvernement syrien ; ils ont proposé que le nombre de point d'entrée passe en conséquence de 4 à 2, c'est à dire aux points d'accès à la seule zone où l'aide humanitaire ne peut toujours pas parvenir via les territoires contrôlées par le gouvernement.

Médias et politiques s'indignent à l'unisson : la Russie et la Chine s'opposent à l'aide humanitaire en Syrie ! « La situation a changé globalement, c’est vrai, mais pas la situation humanitaire », déclare le représentant belge à l’ONU, Marc Pecsteen de Buytswerve. La représentante de la France qualifie la position de la Russie « d'irresponsable » et de « sinistre ». La représentante US en remet une grosse couche émotionnelle : « Je suis ici devant chacun de vous en état de choc. » déclare-t'elle. « Les conséquences des vétos de la fédération de Russie et de la Chine sur cette résolution du Conseil vont être désastreuses. Cette décision est imprudente, irresponsable et cruelle. »

Faut-il rappeler ici que chacun de ces trois pays impose un embargo sur les produits de première nécessité au peuple syrien, notamment les médicaments et les ressources énergétique ? Embargo sinistre, désastreux, cruel pour le peuple syrien, dont feignent de se soucier avec tant d'humanité les Etats-Unis, la France et la Belgique? Doit-on rappeler que le Koweït, co-porte-plume de ce projet prétendument humanitaire, est l'un des principaux financiers de certains groupes djihadistes qui ont précisément plongé la Syrie dans la crise humanitaire ?

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir