RATIFICATION DU TIAN ET BOMBES DE KLEINE-BROGEL

Marie-France Deprez, le .

kleine brogel

Des députés européens se joignent à une manifestation sur la base de Kleine Brogel contre la présence des bombes nucléaires US

Le TIAN, c'est le Traité sur l'Interdiction des Armes Nucléaires.

Ce samedi 24 octobre, le seuil des 50 ratifications nécessaires à l'entrée en vigueur du texte du TIAN a été atteint, sa mise en oeuvre se fera dans un délai de 90 jours (janvier 2021).

C'est un pas important qui réjouit les associations opposées à l'utilisation des armes nucléaires puisque pour les pays qui l'ont ratifié, il est maintenant interdit d'utiliser ces armes, de menacer de les utiliser, de les mettre au point, de les produire, d'en acquérir, de les... stocker.

De plus, comme ce traité devient une norme internationale, son impact juridique touchera tous les pays même ceux qui ne l'auront pas signé. Les armes nucléaires sont devenues illégales pour tous les pays du monde.

En Belgique, cette bonne nouvelle n'a pas fait l'objet d'articles retentissants. Serait-ce justement à cause de l'engagement à ne pas stocker de telles armes ? Les bombes étatsuniennes stockées à Kleine-Broguel seraient-elles en cause ?

Assurément, si la Belgique se joint au traité, plus question de moderniser les bombes nucléaires B‑61 qui sont, déjà illégalement, déployées à Kleine-Brogel ainsi que d'acheter de nouveaux avions de chasse capables de les transporter et de les utiliser.

Des sondages montrent que 64% de la population de Belgique sont favorables à ce qu'elle signe le traité et 49% favorables à ce que les armes soient retirées du territoire belge. *)

Outre le message de la population et des associations, lors de la campagne « nonukes.be », des élus ont également rejoint ces exigences. Lors de la dernière journée internationale de la paix, 159 villes et communes belges ont hissé le drapeau de la paix et 52 bourgmestres ont envoyé une lettre ouverte à l'ancienne première ministre et à l'ancien Président de la Chambre pour que la présence de ces armes sur notre territoire soit reconnue et pour que la Belgique signe ce traité.

Ne sous-estimez pas le rôle de tels traités imposant des normes internationales. Dans le passé, ils ont déjà provoqué des avancées, par exemple, le traité interdisant les mines terrestres (1997) et les armes à sous-munitions (2008). La Belgique avait d'ailleurs joué un rôle important pour les faire connaître et les défendre.

Aujourd'hui, espérons que le déclic se fera mais ce ne sera certainement pas sans un travail continu des associations et des élus engagés pour la paix.

MFD

_______________

*) http://www.cnapd.be/armes-nucleaires-elections-2019/

Imprimer