Les Etats-Unis reprennent en main leur arrière-cour

Au cours d'une séance à laquelle participait depuis Washington par visioconférence le Secrétaire d’Etat US, Mike Pompeo - les membres du "Groupe de Lima" a adopté ce 4 janvier une déclaration reprenant à leur compte l'ensemble de la réthorique étatsunienne contre le Vénézuela, et les revendications de l'opposition vénézuélienne radicale financée par les USA : le mandat (qui débute ce 10 janvier) du président élu en mai 2018 est illégitime, et Nicolas Maduro doit renoncer au pouvoir ; le Venezuela est devenu un acteur militaire capable de constituer une menace pour la paix et la sécurité dans la région ; les sanctions financières prises par les pays signataires contre le Vénézuela sont renforcées ; la "Communauté Internationale" est appellée à prendre des initiatives contre le gouvernement bolivarien...

Imprimer E-mail

Troupes US en Syrie : Partiront? Partiront pas?

Donald Trump a produit un grand émoi en annonçant ce 19 décembre le retrait total des forces US de Syrie, provoquant la démission de son ministre de la Défense, le général Mattis, suivi de l'émissaire des États-Unis pour la «coalition internationale contre l'Etat Islamique». La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, membre de la dite coalition, expriment leur inquiétude ; le président français déplore de manque de fiabilité de l'allié étatsunien.

Imprimer E-mail

Kosovo : le bal des hypocrites

La décision du gouvernement du Kosovo de créer une armée à suscité un concert d'hypocrisies remarquable de la part des gouvernements occidentaux. Les mêmes puissances occidentales qui, moyennant l'intervention de l'OTAN, avaient réussi en 1999 à démanteler la Yougoslavie et fabriquer de toutes pièces l'état fantoche du Kosovo, font semblant aujourd'hui de regretter cette grossière provocation du gouvernement de Pristina.

Imprimer E-mail

Alors Emmanuel, cette fois tu ne frappes pas ?

La chose est tellement évidente que personne, même pas BHL ou Daniel Cohn-Bendit ou le journal "Libération" n'a osé dire que l'attaque au gaz chimique qui a eu lieu ce dimanche 25 novembre sur Alep soit du fait de "boucher de Damas". Tous les médias sont obligés à dire, certes très doucement et à contrecœur, que la roquette portant du gaz de chlore venait bien des zones contrôlées par les jihadistes, et que la zone visée était bel et bien la ville d'Alep. Alep avait été libérée de la mainmise des terroristes l'année passée, après 4 années où la barbarie régnait dans cette importante ville syrienne.

Imprimer E-mail

6 milles millards de dollars pour détruire....

L'université de Rhode Island, l'une des plus prestigieuses des USA a sorti une étude prouvant que les guerres menées depuis 2001 par le États-Unis ont englouti 5.900 milliards de dollars ; un peu plus de trois fois la 'modique' somme de 1.700 milliards de dollars concédée par le Pentagone lui-même.
Quand on voit le si merveilleux résultat 17 ans plus tard, c'est sûr que la dépense en valait la peine! 

On peut imaginer ce que cette même somme injectée pour le développement dans le monde aurait pu produire - même en terme de 'sécurité', puisque c'est au nom de 'notre sécurité' que sont mené ces guerres.

Mais ça, ce n'est pas dans les cartons du capitalisme.

source : https://www.lecho.be/journal/ipaper/20181123#detail/10072322

Imprimer E-mail

D'avantage de militaires belges en Afghanistan en 2019

Notre nouveau ministre de la "défense" Sander Loones entend montrer sans tarder la bonne couleur atlantiste : sa première mesure est le renfort du contingent belge en Afghanistan, qui doit passer de 80-90 à 220 en septembre 2019. S.Loones estime donc comme ses prédécesseurs, que la défense de la Belgique passe par l'occupation et la participation à la guerre en Afghanistan....

L'Otan (donc notre pays) est empêtrée dans cette guerre depuis 2001. Ce n'est plus, aujourd'hui, un simple discours de gauchiste pacifiste que de reconnaître que le résultat est un désastre général, ici et là-bas ; le terrorisme, le prétexte avancé pour cette guerre, s'est bien rependu partout, il y a assez peu de volontaires pour nier l'évidence maintenant.

Conclusion, faisons donc encore plus la même chose !

Imprimer E-mail