Des économistes belges découvrent le marxisme

Une étude universitaire de la KUL démontre chiffre à l'appui que depuis 30 ans, "ceux qui possèdent le capital" captent une part de plus en plus grande de la richesse produite en Belgique. Dit plus clairement, dans ce système, les riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres. Pas vraiment un scoop pour le commun des mortels.
Les universitaires mettent à mal au passage la croyance irrationnelle en la "théorie du ruissellement", le socle de l'idéologie dominante : ben non, lorsque les riches s'enrichissent, cela ne finit pas magiquement par bénéficier au reste de la population. Au contraire, cette étude rejoint d'autres qui montrent que "les inégalités de revenus réduisent de façon très nette la croissance économique"
Coïncidence : Il y a bientôt 30 ans que s'effondrait l'URSS...
Source : Rtbf

Imprimer E-mail

L’arbitrage international, instrument au service des multinationales

 La Cour permanente d’arbitrage de La Haye a rendu le 30 août dernier une décision favorable à Chevron, sommant l’Équateur d’annuler la sentence historique rendue par ses tribunaux contre le géant pétrolier américain, responsable d’un désastre environnemental dans la région amazonienne du pays. La sentence avait pourtant été confirmée quelques semaines plus tôt à peine par la Cour constitutionnelle de l’Équateur. 
Le tribunal commercial impose en outre à l’Équateur de couvrir les frais judiciaires liés à la procédure, d’empêcher les plaignants de poursuivre l’exécution de la sentence, et enfin de verser une compensation à Chevron. Autrement dit, de récuser son propre système judiciaire.
Ces procédures d’arbitrage sont un point central dans les traités de libre-échange tels que le fameux CETA, à laquelle la Belgique s'est finalement plié et qui est en cours de mise en oeuvre.
source : Observatoire des multinationales

Imprimer E-mail

Les Pays-Bas financent, officiellement, un groupe terroriste…

Une enquête de la télévision publique néerlandaise NOS démontre que depuis 2015 le gouvernement de leur pays a, dans le cadre d’un programme secret, fourni de l’équipement ‘logistique’ à 22 groupes combattant syriens, parmi lesquels un, « Jabhat al-Shamiya » est officiellement classé comme terroriste par le Ministère public! Dans un acte d’accusation contre un de ses ressortissants l'ayant rejoint, le Ministère précise que le groupe est "salafiste et djihadiste", "s'efforce d'établir un califat" et "ne peut être qualifié que d'"organisation criminelle ayant un but terroriste".
A l’annonce de la diffusion du reportage, le gouvernement a annoncé précipitamment, ce 10 septembre, la fin du programme. Des membres du parlement néerlandais réclamaient depuis des années l'accès à l'information sur ce programme, mais jusqu'à présent, les noms des groupes soutenus ainsi que la nature précise des équipement fournis était classés ‘secret d’état’.
Il ne faudrait sans doute pas creuser trop profondément pour établir la réelle nature des 21 autres groupes « rebelles modérés » ayant bénéficié de la générosité batave : l’enquête montre qu’au moins certains de ceux-ci semblent avoir commis de graves violations des droits de l'homme, et avoir coopéré avec des groupes tagué terroristes.
Souce : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/les-pays-bas-ont-soutenu-le-mouvement-terroriste-en-syrie-nieuswuur

Imprimer E-mail

Un rapport de l'ONU affirme que la situation au Venezuela est du à la guerre économique

Alors qu'on nous bombarde quotidiennement d'articles sur "le désastre du socialisme au Venezuela", aucun média ne juge utile de mentionner un rapport du Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme publié le 30 août dernier, et qui démontre que les problèmes que traverse le pays sont dus, en grande partie, à la guerre économique, et au blocus financier contre le Gouvernement vénézuelien, sanctions imposées par les gouvernements US (suivi comme il se doit par lee alliés de l'Otan), dans le but de faciliter un changement de régime. La bonne vieille méthode qui avait fait ses preuve au Chili...
Le site 'Le Grand Soir' relaie cette information en détail. Extraits:
"Le document compare les sanctions et les blocus économiques modernes contre les pays aux « sièges des villes mis en place au Moyen-Age dans l’intention des les obliger à se rendre. » [...] Le rapporteur déclare que « les effets des sanctions imposées par les Présidents Obama et Trump et les mesures unilatérales prises par le Canada et l’Union Européenne ont aggravé directement et indirectement la pénurie de médicaments » et il indique que « les sanctions économiques ont causé des retards dans la distribution (des aliments, des médicaments et des articles de première nécessité) et ont contribué à de nombreuses morts. » L’expert rappelle que « les sanctions économiques qui touchent des populations innocentes contreviennent à l’esprit et à la lettre de la Charte des Nations Unies » c’est pourquoi il suggère de faire une enquête appropriée sur l’ingérence internationale au Venezuela."
Source : Le Grand Soir

Imprimer E-mail

La France aime les bons insurgés d'Idleb - mais loin de chez elle

Magnifique exemple de la schizophrénie occidentale à propos de la Syrie: Le gouvernement ('régime'?) français n'a de cesse de fustiger et de menacer le régime syrien qui a le culot de vouloir reprendre le contrôle de la région d'Idleb. Dans le discours officiel jusqu'ici, il n'y a là que des 'rebelles modérés', des insurgés, des civils syriens en révolte, que seul le dit régime traite de terroristes.
Et pourtant ... le ministre des Affaires étrangères français vient de déclarer ce 11 septembre que l'"offensive syrienne et russe menacerait la sécurité de l'Europe.... Il y a un risque sécuritaire dans la mesure où dans cette zone se trouvent beaucoup de groupes jihadistes, se réclamant plutôt d'Al-Qaïda, qui sont entre 10.000 et 15.000 et qui sont des risques pour demain pour notre sécurité" (BFMTV)
Autrement dit la France non seulement reconnait la présence de dizaines de milliers de terroristes à Idleb, mais encore elle ne veut surtout pas qu'ils soient délogés de leur bastion, - et elle s'apprête sous des prétextes humanitaires bidons à empêcher qu'ils ne soient défaits par le gouvernement syrien. Il ne faudrait surtout pas que ces bons insurgés qui pilonnent quasi quotidiennement les cités libérées ne reviennent exercer leurs activités en Europe, activités si admirables pourtant quand elles ont lieu en Syrie

Imprimer E-mail

Syrie : Une attaque chimique au secours des 'terroristes modérés'?

L'armée syrienne a commencé à reprendre avec l'aide de ses alliés la dernière poche encore aux mains des "rebelles syriens"- composés de fait en grande partie d'islamistes et de petits délinquants issus de tous pays (dont la Belgique), inconscients de pour qui ils se battent véritablement.
Revoici donc les "rapports de l'Observatoire Syrien des Droit de l'Homme", les barils d'explosifs lancés sur les hôpitaux, les enfants massacrés... On a même à nouveau une enfant (6 ans!) twittant en anglais sous les bombes, ne tarderont pas les images d'enfants miraculeusement extirpés des ruines par les Casques Blancs, miraculeusement sous l'objectif d'une caméra : les enfants, arme essentielle de la propagande de guerre, où il s'agit de substituer la compassion à la réflexion.
Le plan suivant risque fort d'être à nouveau l'image d'enfants "gazés par le régime" : Les gouvernements syriens et russes mettent en garde depuis plusieurs semaines sur une probable réédition du scénario éprouvé lors des précédentes avancées majeures de l’armée syrienne, la mise en scène d’une nouvelle attaque chimique du régime face à laquelle la ‘Communauté Internationale’ ne peut pas rester sans réagir… Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni rappelent leur 'ligne rouge' et déclarent qu'ils interviendront militairement si des armes chimiques sont utilisées : quel moyen plus clair y aurait'il d'inviter les dit 'rebelles' à monter à une nouvelle mise en scène?
Le gouvernement syrien a bien sûr tout sauf besoin que la tripartite USA/France et GB ne bombarde la Syrie et ne tente à nouveau de renverser le rapport de force en faveur des terroristes. Mais cette évidence n‘empêchera pas tous les médias à l’unisson de condamner d’office le régime de Bashar, qui « défie la Communauté Internationale ». Car en plus d’être sanguinaire il est bien sûr complètement idiot.
Ce 6 septembre, le délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies Bachar al-Jaafari a répondu à l'avance aux accusations à venir d'utilisation d'armes chimiques par "le régime syrien" :
«[...]Qu’est-ce qui pousserait la Syrie à recourir à des armes internationalement interdites qu’elle ne possède déjà pas et lesquelles ne sont d’aucune utilité militaire, sinon que celle de fournir aux trois forces d’agresseurs le prétexte de mener une agression après l’autre contre nous ? Comment se fait-il que l’arme chimique prétendument utilisée ne touche que les femmes et les enfants, sans toucher les terroristes ? […] Pourquoi le Conseil de sécurité et l’OIAC ont jusqu’ici été incapables de prendre en compte les informations contenues dans 156 lettres, adressées par la Syrie ces dernières années ? En l’occurrence, des informations concernant les produits chimiques toxiques parvenus aux organisations terroristes armées, stockés, conditionnés et utilisés contre les civils pour accuser l’Armée syrienne. Nous vous les avons adressées ainsi qu’à l’OIAC. Mais personne ne lit. Personne ne veut lire. Et personne ne veut coopérer avec le gouvernement syrien pour lutter contre le terrorisme et empêcher les groupes terroristes de faire usage des armes chimiques. Pourquoi ? Parce que certains ne veulent pas régler le problème en Syrie. Parce que certains exploitent le terrorisme.[...]»
Il y a malheureusement peu de chance que ce discours soit relayé par les médias libres. Le texte complet de ce discours essentiel, à retenir pour l'avenir, peut être lu ici

Imprimer E-mail