L’invité du DR : Frédéric Lordon

 

« Le vrai scandale de l’euro, c'est son caractère radicalement anti-démocratique »

Économiste et philosophe français, directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Frédéric Lordon a le tropisme de la recherche collé à la peau associé à une curiosité permanente. C'est ainsi qu'il étend souvent ses analyses d'économie appliquée à des considérations sociologiques ou philosophiques. Il conçoit la démarche scientifique comme nécessairement engagée ; il n'est pas surprenant dès lors qu'il soit devenu un des économistes de référence de la contestation du système dominant et en particulier de l'intégration européenne dont son analyse critique s'est progressivement radicalisée. L'expérience Syriza en Grèce l'a convaincu en effet, qu'il n'y a pas d'issue démocratique tant que l'on reste soumis aux contraintes de la monnaie unique et aux diktats de l'Union européenne. Le Drapeau Rouge se réjouit de l'accueillir dans ses pages.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Le pillage de l'épargnant lambda

Au début des années cinquante, quand je suis entré à l'école communale, l'instituteur, M. Dumont, nous a donné une feuille à faire lire par nos parents. Aujourd'hui, on appelle cela un tract. Le texte, lu à haute voir par l'instituteur, incitait nos parents à nous ouvrir un carnet d'épargne à la Caisse Générale d'Epargne et de Retraite (CGER). En bons parents qu'ils étaient, ils m'ont encouragé à épargner. Je ne me rappelle plus si c'était tous les mois ou toutes les semaines. Ce dont je me souviens, c'est que M. Dumont ramassait les carnets le lundi et glissait l'argent à l'intérieur pour les déposer à la poste. En retour, nous recevions nos carnets avec un timbre correspondant à la somme déposée. Cette épargne était fructueuse et pédagogique. M. Dumont exigeait, que toute classe dépose une somme identique afin de gommer les différences entre les enfants issus de milieux sociaux dissemblables. J'ai appris plus tard qu'il n'hésitait pas à mettre la main à la poche pour combler l'épargne d'enfants moins fortunés. Il s'arrangeait ensuite avec la ligue des écoles officielles.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Erdogan et le visage honteux de l'Europe

ERDOGAN ET LE VISAGE HONTEUX DE L'EUROPE

La Commission européenne devait présenter son rapport annuel sur l'élargissement concernant la Turquie en août. Ce rapport était très attendu puisque dans son rapport précédent, la Commission parlait de "graves inquiétudes concernant la séparation des pouvoirs" et constatait "une approche restrictive de la liberté d'expression" dans ce pays. Entretemps, et n'importe quel observateur moyennement averti peut en témoigner, les faits qui provoquaient les "graves inquiétudes" à la Commission n'ont fait que s'aggraver de manière spectaculaire à fur et à mesure que la date des élections du 1er novembre approchait.

Lire la suite

ImprimerE-mail

L'invité du DR

Il est professeur émérite de l'Université catholique de Louvain et géo-politologue. Son parcours de vie a surement contribué à donner cette qualité de regard, équilibré et sans compromissions, aux événements de la vie politique internationale. Né en Hongrie, il a perdu avec sa famille toute sa fortune en 1945 et a été déporté en 1951 par le régime stalinien. Dès 1949, il est exclu de tout enseignement et devient ouvrier agricole, puis industriel. Fuyant son pays en 1956 lors de l'intervention soviétique, combattant pour la paix et la compréhension entre les peuples et les nations en tant que militant de Pax Christi Wallonie-Bruxelles, il passe l'essentiel de son temps à faire des conférences, conseiller et écrire sur des questions géopolitiques. Le Drapeau Rouge s'honore de recueillir son éclairage sur l'explosif dossier ukrainien et les menaces qu'il fait courir à l'Europe et au monde.

Lire la suite

ImprimerE-mail