D’Ieteren, Logistics Nivelles… on n’en est pas encore à une économie au service de l’humain

Martin WILLEMS, secrétaire syndical CSC-United Freelancers

Des dépenses publiques qui abreuvent les entreprises

Dans sa chronique matinale (Les coulisses du pouvoir, sur La Première radio de la RTBF), le 29 septembre, le journaliste Bertrand Henne faisait état d’une étude surprenante de la Banque nationale. Il en ressort que les dépenses publiques de la Belgique sont beaucoup plus importantes que celles de ses trois grands voisins (France, Pays-Bas et Allemagne) dans les subsides salariaux aux entreprises, c’est-à-dire toutes les mesures prises pour faire baisser le coût du travail pour les entreprises, notamment : l’exonération ou la baisse des cotisations sociales payées par les employeurs, les terrains concédés à faible prix et les infrastructures prises en charge par les autorités.

Toutes dépenses dont il est maintenant bien établi qu’elles n’aident en rien à la création ni au maintien de l’emploi, n’étant jamais soumises à conditions. Une entreprise ne va pas engager un travailleur, même subsidié, dont elle n’aurait pas vraiment besoin.

Par contre, la Belgique dépense moins que ses voisins dans la protection sociale : chômage, logement, pensions… Ainsi, ceux (le patronat) qui nous rabâchent à longueur d’année que notre protection sociale coûterait trop cher, qu’il faudrait baisser les allocations de chômage, les pensions et sortir de la logique de l’État social, sont en fait… ceux qui nous coûtent cher. Les véritables assistés ne sont visiblement pas les allocataires sociaux, mais les entreprises. Que ces aides ne soient pas conditionnées à la création d’emplois, à leur remboursement en cas de diminution de l’emploi, et ne soient pas réservées aux entreprises en difficulté, que le public paie des aides généreuses à des entreprises qui régalent ensuite leurs actionnaires de dividendes, est un scandale.

Imprimer E-mail

HOMMAGE À - EERBETOON AAN

Joseph Jacquemotte

HommageJacquemotte

Le PCB a cent ans

Dans le cadre de son centième anniver­saire, une délégation du parti s’est rendue au cimetière d’Uccle à Bruxelles pour honorer la mémoire de son fondateur Joseph  Jacquemotte décédé en 1936. La cérémonie a été rehaussée par la présence de Jean-Paul Kassende, coordinateur de Honlex61 "Hommage aux Nationalistes Lumumbistes Exécutés en 1961".

 

De CPB ist honderd jaar oud

T.g.v. haar 100ste verjaardag bracht een partijdelegatie een bezoek aan de begraaf­plaats van Ukkel in Brussel om de nage­dachtenis van de 1936 overleden stichter Joseph Jacquemotte te eren. De ceremonie werd versterkt door de aanwezigheid van Jean-Paul Kassende, coördinator van Honlex61 "Hommage aux Nationalistes Lumumbistes Exécutés en 1961".

Imprimer E-mail

1950 – 2021 : 71e commémoration de l'assassinat de Julien Lahaut

155

Ce 18 août 2021 nous commémorons le 71e anniversaire de l’assassinat de Julien Lahaut.

Cette année, cette commémoration revêt une signification particulière dans le sens où elle survient 15 jours avant le centième anniversaire du Parti Communiste de Belgique fondé à Anderlecht Bruxelles les 3 et 4 septembre 1921.

La naissance du PCB s’inscrivait tout naturellement dans l’élan de la révolution d’octobre 1917 qui allait déboucher sur la fondation de la IIIe Internationale communiste en 1918 avec la création du mouvement international auquel nous appartenons. En 1918, à la fin de la Grande Guerre, on assiste dans toute l’Europe à l’émergence d’un mouvement révolutionnaire où, suivant l’exemple des soviets, des conseils d’ouvriers et de soldats tentent de prendre le pouvoir.

Imprimer E-mail

L'extrême droite en Belgique, hier et aujourd'hui

"Un affaiblissement accepté de la démocratie"

Grégory D'Hallewijn

Tels sont les termes utilisés dans un rapport du Comité R (contrôle des services de renseignement), qui se livre à un constat accablant concernant l’absence de lutte contre l’infiltration d’extrême-droite dans l’appareil d’Etat. Cette situation problématique ne date cependant pas de ces dernières années. Elle remonte même à plusieurs décennies au moins. Flash-back.

Le lundi 5 juillet 2021, la Chambre a examiné le rapport du Comité R (contrôle des services de renseignement) sur le suivi de l’affaire Jürgen Conings, du nom de ce caporal-chef qui avait quitté son quartier militaire le 17 mai en possession d’armes et dont le corps a été retrouvé le 20 juin. Le constat est accablant. Le rapport parle d’un manque structurel d’effectifs dans les rangs du SGRS (Service Général de Renseignement et de Sécurité, ministère de la Défense), d’une rotation trop rapide du personnel et de problèmes de communication à l’intérieur de la Défense, mais aussi entre cette dernière et la Sûreté de l’Etat (services de renseignements du ministère de la Justice), qui avait alerté dès le 29 juin 2020 sur la dangerosité du caporal-chef.

Imprimer E-mail

INVITATION

PCB CPB 100

 

Chers Camarades,

Quelques mots simples pour vous rappeler qu'en ce jour il y a cent ans que Joseph Jacquemotte et une poignée de camarades prirent la décision de fonder le Parti Communiste de Belgique, convaincus que le Parti Ouvrier Belge (POB) optait définitivement pour une ligne politique social-démocrate de collaboration avec la bourgeoisie et ses institutions ; collaboration illustrée notamment lorsque le POB décida de soutenir la participation de la Belgique à la Première guerre mondiale. La fondation du PCB s’inscrivait tout naturellement dans l’élan de la grande révolution d’octobre 1917 avec le soutien de la troisième Internationale Communiste fondée dans son sillage en 1918.

C'est en défendant une ligne de classe inspirée par l'enseignement léniniste et sa mise en œuvre par la Troisième Internationale que le jeune parti de Jacquemotte allait promouvoir les grandes luttes des travailleurs et du monde progressiste, telles la lutte pour la journée des huit heures, pour le suffrage universel, pour la solidarité avec l'Espagne républicaine, contre le fascisme et l'envahisseur hitlérien, le combat pour les émancipations etc.

Aujourd'hui, sans avoir le lustre et la force d'antan, le Parti Communiste de Belgique et son journal de toujours, le Drapeau Rouge, veulent continuer à maintenir vivante la flamme de l'esprit de Jacquemotte et des militants qui ont contribué à l’entretenir. C’est pourquoi nous vous invitons déjà à célébrer cet anniversaire le samedi 13 novembre à notre local à Liège où nous espérons vous voir nombreux. 

Nous vous donnerons plus de détails incessamment.

Liège, le 04 septembre 2021
Le Bureau Politique du Parti Communiste de Belgique.

Imprimer E-mail

La santé, avant-garde du combat de l’après

Le secteur de la santé est en ébullition. La pandémie du COVID est un déclencheur, parce qu’elle rend encore plus insupportables des problèmes qui minent depuis longtemps notre système public de santé.

La lutte des travailleurs de la santé est à l’avant-garde du combat fondamental qui se joue actuellement : quand sera enfin passé le gros de la crise en cours, il ne peut être question de revenir au système malade d’avant.

Une contestation sans relâche

Manifestation du réseau « Santé en Lutte » le 29 mai, grève des médecins en formation de spécialisation le 20 mai, grèves du 14 et du 17 juin dans les hôpitaux (réseau public puis réseau privé).

Les « mardis des blouses blanches » ne sont pas si loin (2019) et la colère revient quand elles constatent que le fonds obtenu de haute lutte n’est pas suffisamment utilisé pour ce à quoi il était destiné prioritairement : recruter du personnel supplémentaire.

Ce qui est dénoncé, c’est la pénibilité toujours plus importante du travail, le manque de personnel, la pénurie de nouvelles infirmières, le manque d’attractivité de la profession, le sous-financement chronique de la santé, les trop nombreuses aides-soignantes au chômage, alors qu’il faudrait les engager d’urgence dans les hôpitaux pour soulager le personnel surchargé, ...

Imprimer E-mail