Le choix des F-35 : le tribut du vassal belge au Pentagone

Ce 21 décembre, l’ambassadeur américain en Belgique visitait l’entreprise aéronautique SABCA. Enjeu : cette entreprise voudrait être choisie pour entretenir les F-35, modèle récemment choisi par le gouvernement belge pour remplacer les avions de combat F-16 dont est équipée notre force aérienne. Mais si l’entreprise fait sa cour à l’ambassadeur, c’est que rien n’est encore décidé à ce stade en termes de contrat de maintenance. Pourquoi avoir annoncé haut et fort le choix définitif d’un fournisseur (Lockheed Martin), alors que les retombées et partenariats économiques sont encore à définir ? Tout le monde sait qu’on n’a de rapport de force dans une négociation qu’avant de s’être engagé, plus après.

Imprimer E-mail

Réapprendre à gagner

RYANAIR, trois jours de grève coordonnée entre 6 pays d’Europe ; le mouvement unit les pilotes et le personnel de cabine. Le géant arrogant, qui depuis plus de vingt-cinq ans prospère sur le manque de coordination sociale européenne, sur les aides publiques et la division des travailleurs, commence à accepter d’appliquer les lois locales et les fondements de la concertation sociale. La lutte n’est pas terminée ; le dialogue ne fait que débuter, et déjà RYANAIR essaie d’échapper à ses propres concessions via les sous-traitants (qui sont eux-mêmes des sociétés du groupe). Mais une étape est franchie.

Imprimer E-mail

Le bilan social du gouvernement Michel Ier

 On se souvient que, fin de l’année 2005, le « pacte des générations » avait provoqué une mobilisation syndicale résolue. Cette réforme, sur un air bien connu (activation des travailleurs âgés sous prétexte de solidarité entre générations) était finalement mi-figue, mi-raisin, rendant -déjà- plus difficile l’accès à la prépension, mais comptant aussi quelques évolutions positives (généralisation de l’outplacement et des cellules pour l’emploi en cas de restructuration, maintien de l’indemnité de prépension en cas de reprise du travail). Avec le recul, cette réforme paraît bien modérée et anodine quand on la compare au catalogue des horreurs des mesures prises par le gouvernement Michel Ier.

Imprimer E-mail

Extrémisme...

« Les extrêmes gauche et droite sont une même image dans un miroir », Gwendolyn Rutten ; « Le projet d’extrême gauche peut être aussi destructeur qu’un projet d’extrême droite », Benoît Lutgen ; « Ceux qui parlent avec le Pari du Travail ne mesurent pas le danger que représente l’extrême gauche », Olivier Chastel. Tout est dans la nuance.

Imprimer E-mail

Engie, l’État belge et son approvisionnement énergétique

Le risque d’un blackout au cours de l’hiver prochain fait la une des médias depuis la rentrée de septembre. Retour sur le feuilleton nucléaire de cet automne et sur le cas « Engie ». En effet, fin septembre 2018, Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité belge annonce que l’approvisionnement en électricité pourrait être interrompu, à moins de recourir à des délestages. Comme lors des hivers 2013 et 2014, des coupures de courant temporaires sont envisagées si la demande d’électricité dépasse la quantité disponible (produite en Belgique ou importée depuis les pays voisins): une situation dont la probabilité de se réaliser grandit en cas de chute des températures.

Imprimer E-mail

Dégressivité pour les chômeurs, cadeaux fiscaux pour d’autres

C’est dans un contexte général d’accroissement des inégalités, que le gouvernement fédéral a annoncé, le 24 juillet dernier, un nouveau train de mesures destinées à accélérer la dégressivité des indemnités de chômage des travailleurs sans emploi. Depuis la réforme de novembre 2012, la dégressivité des allocations de chômage est organisée en trois phases, la durée de chacune de ces phases dépend de différents paramètres, comme le passé professionnel ou la situation familiale.

Imprimer E-mail