Pour qui roule le «Festival des Libertés»?

Nous étions déjà pas mal surpris lorsque l'édition 2012 du Festival des Libertés (Bruxelles) n'avait pas trouvé mieux que d'inviter Jamie Shea le secrétaire général adjoint de l'OTAN pour parler de la Syrie, plus exactement de la nécessité ou non d'intervenir dans ce pays. Rappelons à ceux qui l'ont oublié que ce monsieur fut, en tant que porte-parole de l'OTAN, l'artisan de la grande manipulation médiatique qui servit pour justifier le bombardement de la Serbie lors des guerres yougoslaves. L'indignation que cette programmation avait suscité (il n'avait pas été prévu un contradicteur pour ce propagandiste), obligeait alors les organisateurs à modifier la composition du panel.

Imprimer E-mail

Mary Wollstonecraft, une femme révoltée

Issue d’une classe bourgeoise sur le déclin, Mary Wollstonecraft (1759-1797) fut précurseur à plusieurs titres des mouvements d'émancipation de femmes. N'ayant pas eu accès, comme la plupart des femmes de son temps, à un cursus éducationnel, elle, compense sa formation rudimentaire par d’abondantes lectures pour ainsi s’affranchir d’une famille soumise à la domination paternelle.

Imprimer E-mail

Karl Marx, le retour

La pièce de Howard Zinn (1922-2010) "Marx in Soho" dans son titre original, imagine le retour de Karl Marx, plus d’un siècle après son départ pour l’au-delà. Cependant, ce n'est pas au Soho de Londres, proche du British Museum et de sa bibliothèque où il avait écrit, "Das Capital", réagissant à chaud sur des événements comme la révolution de 1848, la commune de Paris de 1871, mais au Soho de New York, au cœur de Manhattan que l’auteur du Capital se réincarne pour une heure. Il établit un parallèle entre la misère qu’il côtoyait à Londres et celle qu’il découvre à Manhattan. C’est ce contexte qu’en 1999, Howard Zinn choisit pour exprimer ses propres positions par rapport à ceux qui parlent de la mort du marxisme mais aussi de certaines de ses déformations. Pour lui, la critique marxiste du capitalisme reste fondamentalement vraie.

Imprimer E-mail

L'école de l'émancipation sera polytechnique

Rien n'est plus relatif que la notion de "bonne" école. Selon votre position sociale, selon vos choix politiques, selon l'époque où vous vivez, selon que vous envisagiez l'école de vos propres enfants ou celle des autres, vous n'attendez pas la même chose du système éducatif. Les bonnes écoles des uns ne sont pas les bonnes écoles des autres et les bonnes écoles d'hier ne sont assurément plus les bonnes écoles d'aujourd'hui...

Imprimer E-mail

Faut-il recycler les anciens flics en chômage ?

L’Argentine a longtemps vécu sous la menace d’un coup d’Etat militaire. Ainsi, de 1930 à 1983, sur trente-deux présidents, dix-huit étaient militaires. Dans une telle situation d'alternance, une partie des membres de la police en fonction lors d'une période de dictature militaire sont forcément « récupérés » par le régime civil suivant. C'est ce genre de situation et les dérives qu'il engendre que nous raconte El Clan, un film argentin de Pablo Trapero.

Imprimer E-mail