COVID 19 : L'AUTRE MUTATION

L'actualité de la crise sanitaire est dominée par la parution de nouvelles variantes, (anglaise, sud-africaine, brésilienne et autres..),  du COVID 19  impliquant des mutations qui risquent de compromettre l'efficacité des vaccins. Mais une autre mutation, non moins importante, semble en gestation dans le cadre de cette crise. En effet, d'importants indices semblent annoncer de sérieux changements dans la composition -et direction- du système capitaliste mondial.
 
Nous constatons d'un côté des faillites, menaces de faillites ou pertes gigantesques et en cascade de grosses entreprises, souvent centenaires et ce dans les secteurs les plus divers. La Société Générale, Commerzbank, Deutsche Bank, Santander, pour le secteur financier;  Exxon, British Petroleum, Chevron, Shell, Total, pour l'énergie; Lufthansa, Airbus, British Airways, Boeing, SNCB, pour le transport; Thyssenkrupp, Renault, Fiat-Chrysler, Siemens, Danone, Adidas.., pour l'industrie.
 
De l'autre, une poignée d'entreprises phares du nouveau capitalisme de plateforme, tels les GAFAM (Microsoft, Google, Amazon, Tesla, SpaceX ..) récoltent des bénéfices gigantesques. Performances similaires aussi dans l'industrie de l'armement (General Dynamics, Raytheon, Northrop Grumman, Lagardère, Lockheed Martin.. ) et les grands de la pharmacie industrielle, (Pfizer, GlaxoSmithKline, Moderna, Johnson 1 Johnson, et BioNTech) qui s’inscrivent dans un processus significatif de rapprochement entre ces 'gagnants'. Ne s’agit-il pas de l’Annonce d'un Complexe militaro-pharma-numérique comme nouveau Conseil d'Administration de la mondialisation au XXIe siècle où les gestions gouvernementales seront, elles aussi, ubérisées?
 
Derrière ses ententes avec les plateformes du web dont florès avec Google en tête le secteur pharmaceutique a conclu des contrats avec GlaxoSmithKline; Sanofi, Novartis pour les traitements de diverses maladies cherchant d'associer la technologie numérique et la recherche médicale. De son côté le groupe Dassault, par ailleurs fabricant de l'avion de chasse Rafale est devenu, via sa marque Biovia, le numéro 1 mondial, dans la recherche, entre autres, des comportements biologiques et la thérapeutique intégrée.
 
Mais c’est dans le secteur de la défense qui implique la puissance publique que les rapprochements sont plus étendus et engageants. Ils étaient déjà perceptibles en 2013, lorsque moyennant un contrat de plus de 600 millions de USD, Amazon devenait principal fournisseur de services cloud computing (systèmes informatiques d'archivage et gestion de données en externe) pour la CIA et 16 autres agences de la dite "communauté du renseignement". Puis, en octobre 2019, le Pentagone attribue à Microsoft un contrat décennal de 10 milliards de dollars visant la création d'un cloud global, incluant la totalité des branches des forces armées, pour gérer la documentation sur la recherche des nouvelles technologies associées à l'essor de l'intelligence artificielle. De son côté, voyant plus large et plus loin, en novembre 2020, la CIA concluait un contrat "pour quelques dizaines de milliards de dollars" (le montant exact n'a pas été communiqué) pour les mêmes services mais cette fois avec l'ensemble des géants du web et en les mettant en concurrence.
 
Une idée du degré de proximité de ces partenariats est illustrée par le récent recrutement du général Keith Alexander pour faire partie du Conseil d'Administration d'Amazon. Chef des services de sécurité de l'armée lors des attentats du 11 septembre et vu sa remarquable performance d’alors, il fut recruté par la NSA pour optimiser les systèmes d'écoute des communications en concertation, déjà, avec les GAFA. C'est lui qu'Edward Snowden avait dénoncé comme le mentor du gigantesque système d'espionnage de la NSA. Aujourd'hui, conscient des énormes potentialités de l'intelligence artificielle dont les GAFAM sont devenus les maitres incontestés, Keit Alexander a la tâche de faire d'elles un instrument géopolitique de premier ordre sur lequel Joe Biden pourra compter. Vu le CV de ce dernier et la composition de son équipe, gageons qu'Alexander sera bien entouré.
 
La candidate aux élections présidentielles Elizabeth Warren avait, comme point majeur de son programme, le démantèlement des GAFAM. Chris Hughes, fondateur avec Mark Zuckerberg de Facebook partageait cette demande, déçu de voir ce que FB était devenu. Bien entendu, le Pentagone ne le permettra jamais. Pour le savoir (et prendre note) écoutons Larry Page, un des fondateurs de Google, expliquant au Financial Times que les GAFAM  "...ont vocation à remplacer les dirigeants politiques puisqu'elles comprennent mieux les enjeux du futur que les politiciens".
 

Imprimer E-mail

En Bolivie, un odieux coup d'État restaure la droite néolibérale au pouvoir

DR78 Bolivie

De nombreux pays d’Amérique latine sont actuellement en proie à une agitation populaire. Le 16 décembre, la Chambre des représentants colombienne a approuvé les mesures économiques proposées par le président Iván Duque, qui prévoient notamment une réforme du travail et des pensions très défavorable aux travailleurs et une diminution des impôts pour les grandes entreprises, et ce alors que les Colombiens manifestent leur désapprobation depuis des semaines. Les Équatoriens aussi protestent contre les réformes voulues par leur président Lenín Moreno et en particulier contre un recours au FMI qui anéantirait les progrès sociaux accomplis sous Rafael Correa. De même, au Chili, les manifestants continuent, en dépit de la brutale répression policière, de s’opposer à la politique néolibérale de Sebastián Piñera : les maigres concessions promises par Piñera n’auront pas suffi à faire remonter un taux d’approbation historiquement bas de 12%. En revanche, la révolte en Bolivie ne cherche pas à abolir un régime de droite mais bien à rétablir un gouvernement de gauche renversé à la suite d’un coup d’État violent et raciste.

Imprimer E-mail

Comité Free Assange Belgium et Belgium4Assange

AssangeAmbUK

En 2006, Julian Assange a fondé WikiLeaks, un site internet dont l’objectif essentiel est de publier des documents, pour partie confidentiels, émanant soit de ses investigations propres, soit de lanceurs d’alerte, tout en protégeant ses sources. Depuis sa création, WikiLeaks a publié des millions de documents, jamais démentis, relatifs à des scandales de corruption, de fraude fiscale, d’espionnage et de violation des droits humains concernant des dizaines de pays.

Depuis 2010, à la suite de révélations accablantes de WikiLeaks sur la manière dont les États-Unis et leurs alliés ont mené des guerres en Afghanistan et en Irak, Julian Assange est poursuivi par le gouvernement des États-Unis. Dans ce but, ce dernier a réussi à obtenir le soutien actif de certains États alliés tels la Suède et le Royaume-Uni. Et le silence complice de beaucoup d’autres.

C’est ainsi que, de 2010 à 2019, il a été mis sous enquête préliminaire par la justice suédoise pour « agressions sexuelles ». Cette procédure a finalement été classée sans suite en novembre 2019, mais c’est sur base d’un mandat d’arrêt délivré par la justice suédoise que les autorités britanniques ont arrêté Julian Assange en 2010. En liberté sous caution de 2010 à 2012, il se réfugia finalement à l’ambassade d’Equateur pour échapper à l’extradition vers la Suède, dont il craignait qu’elle ne puisse être une étape vers son extradition aux États-Unis. Il y restera confiné jusqu’en avril 2019, moment où, sur ordre du président Lenin Moreno, les nouvelles autorités équatoriennes livreront Assange à la police britannique. Aujourd’hui, toujours sous le coup d’une demande d’extradition émanant du gouvernement des États-Unis qui l’accuse d’espionnage et de conspiration, cela fait dix ans que cet éditeur et journaliste, primé à de multiples reprises, est persécuté etempêché de quitter Londres. Une situation qui a été qualifiée de détention arbitraire par l'ONU en 2016.

Imprimer E-mail

Maurice LEMOINE, Venezuela. Chronique d’une déstabilisation

DR78 Venezuela 

Ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, Maurice Lemoine[1] est incontestablement un des meilleurs spécialistes de l’Amérique latine. En 2015 déjà, il avait consacré un ouvrage, crucial par la profondeur de ses analyses, à l’histoire des multiples coups d’état qui, à l’instigation des Etats-Unis, ont renversé des gouvernements progressistes dans cette région du monde qui apparaît souvent comme un laboratoire de projets politiques solidaires et émancipateurs[2]. Cette fois, c’est à une immersion dans le Venezuela de Hugo Chavez et Nicolas Maduro que nous invite M. Lemoine, présentée comme une chronique qui, quasiment jour après jour, détaille l’offensive idéologique et économique déclenchée contre la révolution bolivarienne mise en place par H. Chavez en 1998.

Imprimer E-mail

Au cœur de la guerre au Yémen, le contrôle du Moyen-Orient

Le 26 mars 2015, l’opération « Tempête décisive » était lancée par une coalition militaire de pays arabes (Emirats arabes unis, Egypte, Maroc, Soudan…) dirigée par l’Arabie saoudite. L’intervention, qui avait su opportunément se placer sous la protection d’une résolution de l’Onu, visait officiellement à éradiquer la rébellion initiée par les Houthis qui avaient chassé du pouvoir le « président légitime » Abd Rabbo Mansour Hadi (il avait perdu la capitale Sanaa, conquise par l’alliance de l’époque entre les Houthis et l’ancien président Ali Abdallah Saleh). Des Houthis qui se sentaient territorialement lésés par les mesures gouvernementales, elles-mêmes directement liées à la réunification du pays en 1990 avec la marginalisation des populations du nord.

Imprimer E-mail