A la STIB la lutte continue et notre soutien est important. Le droit de retrait ? Une question de respect ! 

Oliver Rittweger de Moor, le .

135394236 1710449615794183 2000090189253288112 n

Au début de la pandémie, les travailleurs de la STIB étaient très inquiets pour leur santé et celle de leur famille. Les syndicats et les représentants des travailleurs ont arraché des mesures de prévention au CPPT, pour limiter les risques de contamination des travailleurs. Notamment et principalement:

- Des quotas de voyageurs maximum dans les véhicules

- la suppression de la vente à bord et de la montée à l'avant, l'installation d'une chaîne pour maintenir une distanciation physique.

- la suppression des remplacements sur ligne et des services coupés, l'instauration de services dépôt-dépôt

- la désinfection et le nettoyage quotidien des véhicules avant chaque sortie sur le réseau

Toutes ces mesures de prévention ont permis aux agents de la STIB de traverser courageusement la première vague, et d'assurer notre mission essentielle de transport public

Quand la STIB a décidé de supprimer, à partir du 11 mai et sans passer par le CPPT, certaines de ces mesures de prévention, de remettre des remplacements sur ligne qui surexposaient les agents de conduite aux risques de contamination avec jusqu'à 4 postes de conduite différents sur le même service, dans des bus et trams bondés qui n'allaient plus être désinfectés, les agents se sont estimés à juste titre confrontés à un danger grave de contamination. Ils demandaient également l'installation d'une bâche hermétique comme aux TEC et chez De Lijn. Les agents de la STIB ne voulaient pas non plus mettre en danger les voyageurs de la STIB, dans des véhicules pleins à craquer et plus suffisamment désinfectés, pour ne pas contribuer à une seconde vague...

Plus de 1000 agents de conduite de la STIB ont alors exercé leur droit de retrait pour demander d'être mieux protégés, et pendant 6 jours, ils ont été abandonnés, ignorés tant par la direction de la STIB que par le gouvernement bruxellois... Alors qu'ils étaient prêts à reprendre le travail le jour même !!! D'ailleurs, ils ont repris le travail dès l'annonce par le front commun syndical de l'organisation d'un CPPT d'urgence pour rediscuter de certaines mesures de prévention supplémentaires.

Au moins 400 agents de la STIB ont été contaminés par le covid-19, au moins 2 en sont morts, d'autres sont toujours entre la vie et la mort aux soins intensifs...

Non seulement la STIB n'a pas entendu et mieux protéger les agents ayant exercé leur droit de retrait, en commettant des infractions constatées et sanctionnées par l'Inspection contrôle du bien-être, mais les travailleurs ont en plus été considérés en "absences injustifiées" et les jours de droit de retrait ont été déduits de leurs salaires. Aucune conciliation n'ayant été possible, le tribunal du travail est la seule option pour:

- annuler les absences injustifiées

- récupérer la rémunération déduite

- obtenir plus de respect pour les travailleurs, la santé et la sécurité au travail, le respect de la législation et du code du bien-être.  

- obtenir la reconnaissance de la légitimité de notre droit de retrait et une jurisprudence qui profitera à tous les travailleurs et secteurs en Belgique.

Le collectif des agents de la STIB a déjà reçu la solidarité de nombreux travailleurs des transports publics en France et, depuis l'annonce de la procédure au tribunal du travail, de très nombreux syndicalistes de toute la Belgique nous soutiennent également, bien conscients de l'importance d'obtenir une jurisprudence en faveur du droit de retrait en Belgique.

Des centaines de chauffeurs et conductrices ont encore besoin de soutien financier pour remporter cette procédure juridique cruciale pour le monde du travail. Une procédure qui risque d'être longue et coûteuse.

Nous avons choisi l’avocate spécialisée en droit du travail Maître Sophie Remouchamps.

La STIB a désigné un puissant cabinet d'avocats, aux frais des contribuables bruxellois…

Concrètement, il est possible de nous soutenir en :

  1. Aidant financièrement notre Collectif des Agents, en versant même un montant modeste sur le compte N° BE71 0837 4799 3069, avec la communication libre « Droit de retrait STIB ».
  2. Visitant notre page facebook et en la partageant autour de vous,  adresse mail :  et un compte FB  https://www.facebook.com/Collectif-pour-le-respect-du-droit-de-retrait-110064994220661

Merci d'avance pour votre solidarité,

Oliver Rittweger de Moor,

Chauffeur de bus, membre des CE et CPPT de la STIB

Photo: 4 janvier 2021, ouverture du procès au tribunal du travail

Imprimer