Pas de prisonnier politique en Belgique. Justice pour Erdal Gökoglu.

ErdalGokögluna
Liberté pour Erdal Gökoglu
 
Erdal Gökoglu est un homme de convictions, il est prêt à les défendre jusqu'au bout. 
Cela a commencé lorsqu'il était jeune étudiant en Turquie, il avait alors été arrêté, torturé. Il avait subi des traitements tels qu'il avait pour s'y opposer eu recours à la terrible grève de la faim. Lors d'un massacre dans la prison d'Uucanlar à Ankara; il avait été laissé pour mort, le corps traversé par plusieurs balles. C'était dans les années 1990 à 2000. 
En 2002, il a quitté la Turquie et est venu s'installer en Belgique. 
En 2007, il y a été régularisé et a obtenu le statut de réfugié politique.
 
Mais en 2017, l'Allemagne a lancé contre lui un mandat d'arrêt international. L'Etat allemand lui reprochait sa participation à un symposium sur l'isolement à Berlin pour y témoigner de son expérience de la torture en Turquie, l'organisation d'un concert du groupe Yurum et la création d'une association culturelle à Hambourg. 

Imprimer E-mail

Une avocate est morte dans les prisons turques.

EbruTimtik

Lundi passé, le 24 août, des avocates belges avaient organisé une manifestation de soutien à deux avocats turcs en grève de la faim: Ebru Timtik et Aytaç Ünsal.

Des avocats emprisonnés pour les empêcher de faire leur travail: défendre.

En Turquie, le pouvoir arrête des enseignants, des magistrats, des musiciens..., des arrestations politiques qui visent à faire taire toute opposition.
En Turquie, le pouvoir arrête les avocats qui prennent la défense de ces enseignants, de ces musiciens...

Imprimer E-mail

Déconfinement et manque de sécurité, des agents de la STIB réagissent.

Depuis le début de la crise du COVID-19, depuis le premier jour du confinement, les agents des transports en commun ont été à leur poste pour conduire ceux qui en avaient besoin. Cela s'est fait avec un certain nombre de mesures de sécurité - y compris pour les voyageurs: limitation du nombre de personnes par véhicule, suppression de la montée par l'avant et séparation de la place de conduite parfois par une simple chaînette.

Depuis le lundi 11 mai, alors qu'avec la réouverture des magasins, le retour de certaines catégories au travail, le nombre de voyageurs allait augmenter, la direction de la STIB a décidé de ne plus limiter le nombre de voyageurs dans les trams, bus et métros et non d'augmenter le nombre des véhicules en service. Cette décision interpelle puisque dans de telles conditions il est impossible de respecter une distanciation physique de 1,50m. Même si le port du masque est obligatoire - des masques qui ne sont pas encore distribués dans toutes les communes -, la sécurité n'est plus assurée ni pour les voyageurs ni pour les conducteurs et chauffeurs. La décision a de quoi surprendre notamment puisque au TEC, le nombre de voyageurs autorisés à bord a été augmenté mais reste limité et parce qu'il aurait été possible pour transporter plus de monde,d'augmenter le nombre de véhicules en service.

Imprimer E-mail

RATIFICATION DU TIAN ET BOMBES DE KLEINE-BROGEL

Des députés européens se joignent à une manifestation sur la base de Kleine Brogel contre la présence des bombes nucléaires US

Le TIAN, c'est le Traité sur l'Interdiction des Armes Nucléaires.

Ce samedi 24 octobre, le seuil des 50 ratifications nécessaires à l'entrée en vigueur du texte du TIAN a été atteint, sa mise en oeuvre se fera dans un délai de 90 jours (janvier 2021).

C'est un pas important qui réjouit les associations opposées à l'utilisation des armes nucléaires puisque pour les pays qui l'ont ratifié, il est maintenant interdit d'utiliser ces armes, de menacer de les utiliser, de les mettre au point, de les produire, d'en acquérir, de les... stocker.

Imprimer E-mail

Soutenir des avocats turcs qui réclament justice

En toile de fond, le rond-point Schuman vide ou plutôt parcouru seulement par quelques voitures de police et gardé par quelques agents en uniforme ; en toile de fond, un sommet européen. En avant plan, juste au contact des chevaux de frise, une soixantaine de personnes rassemblées pour réclamer un procès équitable pour deux avocats turcs en grève de la faim.

Ce 18 juillet, Ebru Timtik en était à son 198e jour et Aytac Ûnsal à son 161e jour de jeûne.

Imprimer E-mail

Julian Assange doit être libéré.

Depuis le 4 mai, nous connaissons la date de la deuxième partie du procès au cours duquel Julian Assange devra faire face à la demande d'extradition des Etats-Unis.

Initialement prévue pour le 18 mai, la défense en avait demandé le report car dans les conditions actuelles liées à la crise sanitaire, les avocats n'ont aucun moyen de rencontrer leur client.

La juge Baraitser a finalement accepté que le procès reprenne en septembre mais il pourrait devoir se tenir en dehors de Londres.

Julian Assange n'a pas pu assister à l'audience parce que sa santé n'est pas bonne et que la traversée de la prison pour rejoindre la salle vidéo aurait pu mettre sa vie en danger.

Ce report est une bonne nouvelle pour la préparation de la défense mais il signifie aussi que Julian Assange devrait passer 4 mois de plus en prison ce qui est inacceptable.

Kristinn Hrafnsson, actuel rédacteur en chef de WikiLeaks, a déclaré: "Au lendemain de la journée de la Liberté de la Presse ( 3 mai), Julian Assange est le seul journaliste en prison en Europe occidentale. Il se trouve dans une prison du Royaume-Uni. Cela doit cesser."

Cela doit effectivement cesser, Julian Assange reste actuellement en prison dans la seule attente de son procès, aucune charge ne pèse sur lui. 

Il est enfermé parce que les Etats Unis demandent son extradition afin, c'est certain, de le condamner. Rappelons que les Etats-Unis ont émis 18 chefs d'inculpation contre lui dont 17 liés à l'espionnage. Il risque 175 années de prison pour avoir fait son travail de journaliste!

Cela doit cesser, il doit obtenir une libération conditionnelle qui lui permette de rejoindre sa famille et de pouvoir préparer sa défense avec ses avocats.

Plus que jamais, la mobilisation est nécessaire.

Imprimer E-mail