F-35 : les carottes étaient bien cuites...

Ce n'est pas le Drapeau Rouge ni un quelconque mouvement pacifiste qui le révèle, mais un grand patron, Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, au cours d'une conférence ce vendredi 7 à Paris. Selon cette personnalité du business militaire, "...la Belgique avait déjà opté pour les Etats-Unis et ses F-35 avant même que l'appel d'offres pour le remplacement des avions F-16 ne soit lancé". Lucide, et surtout bien informé, il a ajouté que "les liens que la Belgique entretient avec l'OTAN pourraient en partie expliquer cette décision". Enfin, il a fait le constat que "l'industrie de la défense en Europe affiche souvent une préférence pour les produits américains".
On pourrait ajouter en fait que les liens que l'Union européenne entretient avec l'OTAN pourraient en partie expliquer cette décision; bien plus "qu'en partie" d'ailleurs.

Imprimer E-mail

Les Nations Unies et le devoir de neutralité

Une demande d'aide à l'UNESCO pour la restauration des ruines syriennes de Palmire victimes de l'acharnement destructif des hordes islamistes, a été rejetée parce que cette agence avait reçu une directive secrète du Département Politique du Secrétariat des Nations Unies de ne pas participer à aucun programme d'aide en Syrie que ne soit de caractère strictement humanitaire. "Secrète", contrairement aux usages traditionnels de la communication au sein des Nations Unies …
Pourtant, même dans le dit domaine "humanitaire", le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, M. Filippo Grandi a fait état de son opposition à participer à la facilitation au retour des refugiés syriens sous prétexte que la situation serait dangereuse... on est en droit de se demander qui peut mieux juger la situation sur le terrain sur certains endroits du pays, les autorités du pays ou un fonctionnaire siégeant à New York ? Mis dans une situation inconfortable suite à une déclaration si irresponsable, M. Grandi croyait se sortir de l'impasse en précisant qu'il voulait en réalité dire qu'il fallait attendre les résultats des négociations dans le "processus de transition politique" avant que son département s'engage dans des programmes d'aide aux réfugiés ou en des projets de reconstruction du pays.
Il est certes difficile de s'attendre, dans un monde rempli des tensions et traversé des intérêts si opposés, une parfaite honnêteté dans la gestion politique des grands organismes internationaux. Mais nous arrivons là à de la caricature.
Qu'un monsieur Trump ou Macron puisse tenir des positions aussi aberrantes, on pourrait comprendre, car elles sont cohérentes avec leur ligne politique dans le conflit syrien de claire partialité en faveur des milices islamistes. Mais que les Nations Unies, censées être au-dessus de toute soupçon de partialité puissent assumer de telles positions nous semble attentatoire aux principes qui furent à l'origine même de cette institution.
Par contre ce n'est pas tout à fait incompréhensible quand on sait que le directeur du Service Politique des Nations Unies, c’est-à-dire le deuxième personnage dans l'organigramme des Nations Unies après le Secrétaire Général Antonio Guterres, et auteur de la directive secrète, n'est autre que l'américain Jeffrey Feltman, ancien responsable Moyen Orient des États-Unis; personnage clé dans les agressions contre la Lybie et la Syrie et mari de Victoria Nuland, figure éminente du coup d'état qui porta des nostalgiques du III Reich au pouvoir en Ukraine.

Imprimer E-mail

F-35 : La comédie est finie

Surprise! Le grand gagnant à 15 milliards d'Euros est l'avion pour lequel avait été taillé sur mesure l'appel d'offre pour le renouvellement des avions de chasse. Et Charles Michel s'enthousiasme aujourd'hui que, par une étrange coïncidence, l'appareil réponde exactement à chacun des critères de cet appel d'offre bidon. 2 jours avant, le même Charles Michel, dont le nez s'allongeait à vue d'œil, jurait pourtant la main sur le cœur que la décision n'était pas prise…
Tous les critères, plus un, non explicite : le F-35 est capable de transporter et larguer les bombes nucléaires ! A notre avis, rien que pour cela, le F-35 aurait dû plutôt être rejeté sans appel. Le présent gouvernement rend possible une future complicité de notre pays dans des crimes contre l'humanité.
15 milliard d'€ sur 40 ans partis en fumée, et pour quoi exactement? Le Premier Ministre nous explique sans broncher qu'il investit pour notre sécurité : "A quelques heures d'avion de Bruxelles, en Ukraine, en Libye, en Syrie, il y a des foyers de conflits extrêmement graves. La situation dans le monde nécessite qu'il y ait des défenses prêtes à se mobiliser pour la paix pour la sécurité ici en Europe".
La situation en Syrie et en Ukraine est le résultat des jeux occidentaux, de soutient des 'bons terroristes' contre 'nos ennemis'. Le chaos en Libye a été provoqué directement par l'agression de l'Otan et les bombardements effectués notamment par les F-16 belges. Ce désastre a répandu le terrorisme, et généré la plus terrible crise des réfugiés en Europe. Quelle ironie de citer ces exemples-là comme arguments pour l’achat de bombardiers « pour notre sécurité » !! 

Imprimer E-mail

Le documentaire qu'Israël ne veut pas que voyions....

La chaîne Al-Jazira, propriété du Qatar, en 2017 a réalisé un documentaire sur "le lobby qui n'existe pas", en réussissant à infltrer un jounaliste à l'intérieur de cette inexistance, et montrant ses opérations pour discréditer et intimider les citoyens US qui s'élèvent pour les droits des Palestiniens, ou soutiennent le mouvement du boycott, du désinvestissement et des sanctions
Israël a fait pression contre l'émirat du Qatar, et a finalement obtenu que le documentaire ne soit pas diffusé: Cela démontre bien qu'il frappe où cela fait mal. Raison supplémentaire pour le regarder : Le site Orient XXI vient d'en publier les deux premières parties (sur 4), sous-titrées en français : https://orientxxi.info/magazine/un-documentaire-interdit-sur-le-lobby-pro-israelien-aux-etats-unis,2715

Imprimer E-mail

Les évangélistes font élire le président brésilien

Les églises évangélistes se sont mises à pulluler au Brésil depuis quelques années, et leurs ressouces financières est un mystère encore plus insondable que la transfiguration de leur christ. Elles ont donc les moyens de se payer massivement les médias - et les politiques. Et en corolaire inévitable, leur influence auprès les fidèles devient pesante: près d'un tiers de la population (contre 15% en 2000) se laisse engluer par cette infection.
Pour les dernières élections, elles ont massivement appelé à voter pour le candidat proto-fasciste Bolsonaro. Parmi les mesures envisagé par ce dernier, la rupture avec la Chine - de quoi faire s'effriter un peu plus les BRICS, dont le Brésil était une composante importante.
Inutile de rappeler à quel point on ressasse la prétendue ingérence russe dans les élections US, voire en France et ailleurs ; mais les évangelistes, c'est "l'éléphant qu'on ne voit pas" : ce sont des agents efficaces des États-Unis, présents un peu partout dans le Tiers-monde, d'autant plus efficaces qu'ils sont infiltrés profondément au sein de la population crédule.

Imprimer E-mail

Un spectre hante la Belgique...

Ce dimanche la Belgique a vécu des élections proprement historiques : pour la première fois depuis bien longtemps, un parti ouvertement marxiste , le Parti du Travail a réalisé un peu partout des progressions saisissantes, devenant une force politique incontournable dans la partie francophone du pays, notamment dans la capitale.
Ces résultats indiquent que la chape de plomb idéologique anti-communiste pourrait être en train de basculer au sein de la population, - comme le montre le fait que dans les deux régions où le PTB réalise ses meilleures performances, à savoir Bruxelles et Liège, il s'est présenté en alliance avec le Parti Communiste de Belgique (notre camarade Fernande Servais à été élue à Seraing)
Les partis libéraux, - c'est à dire partisans idéologiques du libéralisme économique, plus ou moins 'social'-, soit le PS, MR, CDH et les autres, ne s'y sont pas trompés. Pris de panique pas totalement dissimulée face au progrès des marxistes, ils n'arrêtent plus d'alerter sur le danger des "extrémistes" et des "populistes".
Ceci étant dit, il reste pas mal de travail à faire quand on voit le nombre de voix obtenus par certains barons dont l'étiquette "socialiste" n'est qu'un moyen de profiter du prestige que l'histoire a réservé à ce mot.
Prochain rendez-vous en mai 2019 !

Imprimer E-mail